Connect with us

Economie

Economie : la Banque Mondiale projette une croissance de 2,9 % en 2020 en Afrique Subsaharienne

Publié

le

Dans sa dernière édition des Perspectives économiques mondiales la Banque Mondiale projette une remontée de la croissance mondiale et une croissance de 2,9 % pour l’Afrique.

Le redressement progressif des investissements et des échanges permettrait à la croissance de s’établir de 2,5 % dans le monde en 2020. Dans les économies avancées, la croissance devrait retomber à 1,4 % en 2020, en partie en raison de la faiblesse persistante des activités manufacturières. Elle devrait en revanche s’accélérer dans les marchés émergents et les économies en développement, pour atteindre 4,1 %.

En Afrique subsaharienne, la croissance est estimée à 2,4% en 2019. Dans les trois plus grandes économies, l’Afrique du Sud, l’Angola et le Nigéria, la croissance a été atone. De plus,  la croissance s’est dégradée dans plusieurs pays exportateurs de matières premières industrielles, la baisse des prix et le fléchissement de la demande freinant l’activité dans les industries extractives, comme en République démocratique du Congo, au Libéria et en Namibie. Tandis que la croissance s’est accélérée dans certains pays où les investissements dans de nouvelles capacités pétrolières et minières ont stimulé l’activité, comme au Ghana, en Guinée et en Mauritanie.

La banque projette une croissance de 2,9 % en 2020 si la confiance des investisseurs augmente, les goulots d’étranglement énergétiques diminuent et que  la production pétrolière augmente. En Afrique du Sud, la croissance devrait atteindre 0,9 %  dans l’hypothèse d’accélération de la réforme de la nouvelle administration, de dissipation de l’incertitude politique et du redémarrage de l’investissement. Au Nigéria, la croissance devrait atteindre 2,1 %. Le cadre macroéconomique caractérisé par des taux de change multiples, des restrictions de change, une inflation élevée et persistante et une banque centrale visant une multitude d’objectifs  n’est pas propice à la confiance. Dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine, la croissance devrait se maintenir à 6,4 %.

Economie

La Cameroun va émettre des obligations du trésor pour mobiliser 100 milliards FCFA

Publié

le

Le 8 Avril 2020 le Cameroun va lever 100 milliards FCFA sur le marché régional grâce à l’émission d’obligations du trésor assimilables rapporte l’APA.

Le Cameroun va émettre des obligations d’une durée de 5 ans pour un taux d’intérêt de 5,7%. Cette levée de fonds sur le marché régional a pour objectif de collecter 100 milliards FCFA.

En plus de cette opération, deux autres opérations sont planifiés pour collecter 120 milliards FCFA supplémentaires selon la loi des finances 2020. Depuis 2010, le Cameroun  a levé  3112,751 milliards FCFA sur le marché des capitaux. 1867 milliards (60%) ont été levé sous forme de bons du trésor assimilables (BTA) et d’obligations du trésor assimilables (OTA). Le marché financier national est le second véhicule du pays avec 795 milliards FCFA levés (26%). Enfin l’Eurobond avec 450,35 milliards FCFA est le dernier véhicule.

Ces fonds ont été affectés principalement à l’eau (39%), l’énergie (35%), infrastructures routières (11%), industries et services (5%).

Lire plus sur APA

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : Cargill et Barry Callebaut ne peuvent plus acheter de nouvelles fèves

Publié

le

Le conseil du café cacao a annoncé que les multinationales Cargill et Barry Callebaut avaient dépassé leurs quotas d’achats de fèves de cacao le 31 mars 2020. De plus, Yves Kone, le directeur général du conseil café et cacao a annoncé qu’ils devraient vendre leurs excédents à d’autres négociants a précisé Reuters.

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : le prix du cacao maintenu à 825 FCFA/kg

Publié

le

La Côte d’Ivoire a gardé le prix de 825 FCFA le kilogramme rapporte Reuters.

La saison intermédiaire du cacao débute le 1 er avril et se termine le 30 septembre 2020. Dans un contexte de crise sanitaire liée au COVID-19, le gouvernement a décidé de garder stable les prix aux agriculteurs à 825 FCFA le kilogramme.

La production de cette saison est estimée à 660 000 tonnes (30 % de la production nationale).

Selon les exportateurs et les compteurs de cabosses, la récolte intermédiaire devrait être mauvaise en raison des conditions météorologiques sèches que le pays connaît depuis décembre. Ils projettent une production comprise entre 350 000 à 400 000 tonnes en 20020 contre 520 000 tonnes en 2019.

Lire l'article

Les dernières tendances