Connect with us

Techno

La Côte d’Ivoire : 103-ème pays innovant au monde

Publié

le

Le dernier indice mondial de l’innovation a été publié par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), l’université de Cornell et l’Insead. Ce classement est réalisé sur plusieurs critères comme les demandes de brevet, les investissements en R&D ou les demandes relatives au contexte économique.

La Suisse domine le classement mais le paysage mondial est en transformation

Malgré une baisse de la croissance mondiale, l’innovation se développe dans le monde. Aujourd’hui, les économies développées et en développement de tous types favorisent l’innovation pour parvenir au développement économique et social. En effet, les dépenses en recherche et développement ont pratiquement été multiplié par deux entre 1996 et 2016. En 2017, les dépenses publiques mondiales en R & D (DIRD) ont cru d’environ 5%, tandis que les dépenses des entreprises en R & D ont augmenté de 6,7%, la plus forte augmentation depuis 2011.
Le paysage mondial de l’innovation est en transformation. Au niveau supérieur, la Suisse, la Suède et les États-Unis d’Amérique constituent le trio mondial de tête de l’innovation. Ensuite on retrouve d’autres pays comme les Pays-Bas, l’Allemagne dans le top 10. Israël fait son entrée dans le top 10. C’est une première pour un pays de la zone Afrique du Nord et Asie de l’Ouest. De plus, la République de Corée et la Chine (14 e) continue de progresser dans le classement. La Chine reste la seule économie à revenu intermédiaire parmi les 30 premiers. Ses forces en matière d’innovation sont : un grand nombre de brevets par origine, de dessins industriels et de marques par origine, d’exportations nettes de haute technologie et d’exportations de produits créatifs.
L’Inde est en forte progression et figure parmi les meilleurs au monde en termes de moteurs de l’innovation tels que les exportations de services de TIC. Diplômés en sciences et en génie, qualité des universités, formation brute de capital – mesure des investissements dans l’ensemble de l’économie – et exportations de produits créatifs. L’Inde figure également au premier rang des classements mondiaux dans le domaine de la science et de la technologie, avec Bengaluru, Mumbai et New Delhi parmi les 100 plus importants au monde. L’inde va impacter l’innovation mondiale dans le futur selon le rapport.
Les dépenses d’innovation sont concentrées dans certaines régions ou pays. C’est en Asie que l’on observe de réelle progression constante en matière d’innovation alors que les autres régions ont du mal à rattraper l’écart.

L’Afrique du Sud, le Kenya et l’Ile Maurice : trio de tête africain

Selon le rapport, la performance de l’Afrique en termes d’innovation est supérieure à son niveau de développement. Les pays africains les plus innovants sont l’Afrique du Sud, le Kenya et l’Ile Maurice. Le Burundi, le Malawi, le Mozambique et le Rwanda se distinguent comme des économies prospères au sein du groupe à faible revenu. De plus sur les 18 entreprises innovantes identifiées dans l’indice six appartiennent à la région de l’Afrique subsaharienne. Enfin le Kenya, le Rwanda, le Mozambique, le Malawi et Madagascar se distinguent par leur capacité à innover au moins trois fois au cours des huit années précédentes.
La Côte d’Ivoire occupe le 103 -ème rang mondial en termes d’innovation. C’est une progression par rapport au classement 2018 dans lequel le pays occupait la 123 -ème position. Les points forts de la Côte d’Ivoire sont : l’environnement institutionnel, la sophistication du marché et les infrastructures. Tandis que les points faibles sont le capital humain et la recherche, les produits créatifs et les produits et connaissances technologiques.

Techno

Les pays africains mal préparés à la 4 ème révolution industrielle

Publié

le

La Banque Africaine de développement (BAD) a rendu public un rapport sur l’adoption des technologies en Afrique. Le rapport dénommé Découvrir le potentiel de la 4 ème révolution industrielle montre que les pays africains sont mal préparés pour la révolution technologique.

Le niveau de préparation des pays africains est faible pour tous les pays. Les pays les mieux classés comme l’Ile Maurice et l’Afrique du Sud arrivent en milieu des classements. Les pays  africains peuvent être segmentés en trois groupes : les leaders (Maurice, Afrique du Sud, Égypte, Tunisie et Maroc) qui dominent la production, les chefs de file (Nigéria, Kenya, Sénégal, Zambie, Tanzanie, Ouganda, Ethiopie et Cameroun). Le Botswana est à la frontière des «pays chefs de file» alors  que le Ghana est à la frontière des «pays à fort potentiel».

Le capital humain constitue l’un des défis majeurs pour le continent pour tirer parti de la  4 ème révolution industrielle. Pour y arriver les pays doivent réformer les systèmes éducatifs afin qu’ils correspondent aux besoins du marché du travail du futur.

Le financement des entreprises est l’un des moteurs pour l’adoption des technologies. En effet, l’Afrique a besoin d’entreprises suffisamment financées pour impulser l’adoption massive des technologies.

L’écosystème entrepreneurial est un pilier pour stimuler l’innovation dans les différents pays. L’écosystème entrepreneurial africain est en forte croissance. Mais le nombre de hubs technologiques reste insuffisant.

Lire l'article

Finance

La Banque Centrale du Kenya annonce le déploiement des obligations via Mobile

Publié

le

Le 7 février 2020 la banque centrale du Kenya a annoncé le déploiement du des services Treasury Mobile Direct (TMD). Il s’agit d’un service permettant d’investir dans les titres du gouvernement à l’aide du téléphone mobile.

A partir du mobile, les investisseurs vont pouvoir :

• Placer les demandes / offres pour les bons du Trésor et les bons du Trésor ;

• Recevez les résultats des enchères ;

• Recevoir des notifications pour les paiements effectués ;

• Recherchez les bons du Trésor et les obligations proposés.

Lire l'article

Techno

Google annule son projet d’achat d’action dans le plus grand parc éolien d’Afrique

Publié

le

Vesta Wind System A/S  le fabricant du plus grand parc éolien d’Afrique a indiqué le 10 février l’annulation de l’achat de participation de 12,5 % par  Google à cause de retard dans le projet.

Le parc éolien de 310 mégawatts (MW) du lac Turkana au Kenya devait initialement s’achever en 2017, après quoi Google s’était engagé à acheter la participation à Vestas. « En raison de retards liés principalement à la ligne de transmission, l’accord Vestas avec Google a été annulé en 2019« , a déclaré à Reuters un porte-parole de Vestas. Mais le dirigeant a indiqué qu’ils sont en discussion avec de nouveaux acheteurs potentiels.

Lire l'article

Les dernières tendances