Connect with us

Startup

La Standard Bank investit 4 millions $ dans la fintech Nomanini

Publié

le

fintech

La banque Sud-Africaine Standard Bank a pris une participation dans la fintech Nomanini qui relie les commerçants informels aux distributeurs grâce à une portefeuille électronique selon Reuters.

Nomanini est une fintech qui propose des crédits à des petits commerçants et détaillants africains. La Standard Bank a investi 4 millions de dollars dans cette startup. Ces fonds vont permettre à la startup de s’implanter dans 14 pays africains dans les deux années.

La Standard Bank va ainsi collecter des données sur le business de ces commerçants. La banque s’efforcera ultérieurement d’aider ces détaillants à proposer des services financiers, tels que des dépôts en espèces et des retraits, à leurs clients.

Startup

Heetch a lancé ses opérations en Algérie

Publié

le

La plateforme de véhicules à la demande Heetch a démarré officiellement <ses opérations le 11 septembre 2019 à Alger.

L’entreprise avait réalisé un pré-lancement en juillet 2019 et revendique plus de 5000 inscriptions de chauffeurs sur la plateforme. En outre elle indique avoir formés 500 chauffeurs.

Heetch a levé 38 millions $ en mai 2019 pour financer son expansion en Europe et en Afrique Francophone. Le Cameroun est le prochain pays sur la liste tandis que le démarrage effectif en Côte d’Ivoire dépend de la résolution de questions juridiques et administratives liés à l’activité de moto taxis.

Lire plus sur Agence Ecofin

Lire l'article

Startup

Susu Healthcare : une plateforme en ligne de santé numérique financée par la diaspora

Publié

le

Susu Healthcare est une plateforme en ligne qui offre une couverture d’assurance et de services médicaux aux familles de la diaspora.

Le bureau de transformation numérique sud-africain et Bola Bardet ont lancé Susu Healthcare. Il s’agit d’une plateforme en ligne qui offre des services médicaux (traitements médicaux, livraison de médicaments, prise en charge de maladies chroniques et services d’urgence) et couvertures médicales. Les services vont jusqu’à l’accès au soin et à l’évacuation en France.

« Les fonds renvoyés en Afrique pour des soins de santé s’élèvent à 8 USD milliards de dollars par an, mais des soins de santé, des médicaments et des assurances de qualité sont encore indisponibles dans de nombreux pays africains » a expliqué Bola Bardet, fondatrice et directrice générale de Susu.

Lire l'article

Startup

Avec les cessations de Yaatoo et Afrimarket, jumia règne sans partage sur le commerce en ligne en Côte d’ivoire

Publié

le

Le vendredi 13 Septembre 2019, la rédaction d’Afriveille a appris l’arrêt du de Yaatoo, filiale de commerce en ligne de Prosuma et la mise en liquidation d’Afrimarket. Avec l’arrêt de ces deux acteurs de poids, Jumia confirme son leadership sur le commerce en ligne en Côte d’Ivoire.

Prosuma arrête les investissements dans Yaatoo

Créée en 2016, Yaatoo est le site de commerce en ligne du groupe de grande distribution ivoirien Prosuma. Yaatoo voulait se positionner comme une alternative à Jumia en particulier dans l’alimentaire. Yaatoo proposait des produits des magasins des enseignes du groupe. Mais la jeune pousse avait débuté une diversification de sa gamme produit. Elle a adopté un positionnement prix bas moins chers que la boutique du quartier, d’après ses services marketing »), pour accroitre son volume de chiffre d’affaires. Mais après trois années, Le directeur général de Yaatoo Monsieur Dougnan Coulibaly a annoncé le 13 septembre 2019 la fin d’activité de l’entreprise de commerce en ligne. « La nouvelle est, en effet, tombée à l’issue d’une réunion avec les actionnaires du groupe Prosuma, qui m’ont informé de leur volonté d’arrêter les investissements dans le E-commerce, 3 années après le lancement de la plateforme Yaatoo » a-t-il indiqué sur Linkedin. Hasard du calendrier, on apprend le même jour la mise en liquidation d’Afrimarket en France.

Afrimarket mise en liquidation judiciaire

Créée en 2013 par Rania Belkahia et Jeremy Stoss, Afrimarket est une plateforme de commerce en ligne. Elle opère dans cinq pays africains (Côté d’Ivoire, Sénégal, Cameroun, Bénin et Mali). L’offre porte sur différents domaines : alimentaire, high-tech, beauté/hygiène, électroménager, enfants, maison). La jeune pousse se rémunère sur un pourcentage sur les ventes.

Afrimarket est une place de marché présente dans cinq pays africains dont la Côte d’Ivoire. La startup était en croissance et avait enregistré de belles performances ces quatre dernières années selon ses dirigeants : le volume d’affaires de sa plateforme a fini par atteindre 19,679 milliards FCFA en 2018, contre   163, 989 millions FCFA en 2015. De plus, elle avait aussi réussi à réduire ses coûts d’acquisition par huit et atteint une marge brute positive.

Afrimarket avait pour vision de devenir l’Amazon Africain comme son concurrent principal Jumia. De plus, l’entreprise revendiquait 20 à 30 % de croissance mensuelle. Mais pour financer cette croissance, la startup avait besoin de lever 13 milliards FCFA. Elle a tenté sans succès de lever ses fonds auprès de deux fonds d’investissements.

Le manque de maturité du marché africain est la raison principale avancée pour expliquer cette déconvenue. Afrimarket visait essentiellement la classe moyenne. Elle voulait leur offrir un vrai service de qualité. De plus, les difficultés opérationnelles en particulier logistique constituent des barrières importantes au développement des sites de commerce en ligne.

Le marché ivoirien est-il assez mature pour le commerce en ligne

L’échec d’Afrimarket montre les difficultés pour les entreprises de commerce en ligne de se développer sur le marché africain. En juin 2018, Africashop, la filiale de CFAO dédié au commerce en ligne était liquidée.

Cdiscount, qui était le leader français du commerce en ligne avait cessé ses activités dix-huit mois plus tôt. Les raisons de cet échec sont la mauvaise gestion des livraisons avec un stock situé à Bordeaux et un délai de livraison très long (36 à 60 jours). De plus, le manque de partenariats locaux. Enfin le positionnement trop haut de gamme, des prix trop élevés et le manque de flexibilité en termes de paiement.

Jumia devient le leader incontesté du commerce en ligne ivoirien avec la disparition de ses concurrents principaux.

Lire l'article

Les dernières tendances