Connect with us

African Media Agency (AMA)

Les poursuites à l’encontre d’un ancien député remettent en question les espoirs de réforme au Burundi

Avatar

Publié

le

Les autorités devraient mettre fin à toutes les accusations pénales et à sa détention abusive

NEW YORK, USA, le 29 Septembre 2020,-/African Media Agency (AMA)/-L’espoir de voir un nouveau président renverser le cycle répressif au Burundi semble de plus en plus mince.

La décision des autorités judiciaires burundaises de poursuivre un ancien membre du parlement indépendant – connu pour être un fervent défenseur des droits humains – vient s’ajouter à une série de signes préoccupants. Fabien Banciryanino, qui représentait la province de Bubanza avant les élections de cette année, est mis en examen pour atteinte à la sécurité de l’État, dénonciation calomnieuse et rébellion.

Le 2 octobre, un fonctionnaire administratif local et une dizaine de policiers ont mis fin à une conférence de presse au domicile de Fabien Banciryanino à Bujumbura et lui ont ordonné de se présenter à un centre de détention de la police connu sous le nom de Bureau spécial de recherche. Le 8 octobre, un juge de la cour d’appel de Ntahangwa a rejeté sa demande de libération provisoire et l’a officiellement placé en état d’arrestation. Il a été transféré à Mpimba, la prison centrale de Bujumbura, où il aurait été contraint de rester sous le soleil pendant au moins une heure en dépit de sa santé fragile, en guise de « punition ».

En février, Fabien Banciryanino a voté contre une loi qui visait à donner au président de l’époque Pierre Nkurunziza le titre officiel de « Guide suprême du patriotisme ». Il a fait valoir qu’« il y a eu de nombreux meurtres ; des corps ont été jetés dans les rivières tandis que d’autres ont été enterrés après avoir été mutilés… [Pierre Nkurunziza] pourrait plutôt être traduit en justice ». Le 7 octobre, Fabien Banciryanino a adressé un courrier à la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) avançant qu’il était poursuivi pour ses prises de parole au Parlement protégées par la Constitution.

Des poursuites à l’encontre de Fabien Banciryanino pour avoir appelé à ce que justice soit rendue pour les atteintes aux droits humains violeraient son droit à la liberté d’expression. Les procureurs devraient présenter des preuves irréfutables reliant les actes ou les déclarations de Fabien Banciryanino aux accusations graves dont il fait l’objet et justifiant sa détention ou devraient le libérer sans condition. Dans le cas contraire, cette arrestation enverra un message délibérément glaçant aux politiciens tous azimuts.

Le nouveau président du Burundi, Évariste Ndayishimiye, a prêté serment en juin après des élections contestées et après le décès inattendu de l’ancien président Pierre Nkurunziza plus tôt ce mois-là. Depuis lors, la société civile burundaise a documenté près de 200 meurtres. La semaine dernière, le Burundi a rejeté la décision du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies de renouveler le mandat de la Commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi, jugeant la décision politisée.

L’arrestation de Fabien Banciryanino montre de manière saisissante le prix à payer lorsque l’on dénonce les abus au Burundi. Il est évident qu’une surveillance internationale est plus que jamais nécessaire.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Human Rights Watch.

The post Les poursuites à l’encontre d’un ancien député remettent en question les espoirs de réforme au Burundi appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

African Media Agency (AMA)

Cach-Fcc : Félix Tshisekedi sonne le glas!

Avatar

Publié

le

Kabila et Tshisekedi

C’était l’un des discours les plus attendus. Mais à la fin du suspens, les prêtres de l’incompréhension et les déçus génétiques n’y ont vu que du feu. En vrai, Félix Tshisekedi a peint l’échec irréparable de la coalition CACH-FCC et annoncé des consultations visant à redéfinir l’action gouvernementale via un nouveau partenariat, fruit d’une union sacrée.

Le Chef de l’État s’est adressé à la Nation ce Vendredi 23 Octobre pour tirer des leçons de la situation politique de l’heure, conditionnée par des tensions au sein de la coalition CACH-FCC. De la conflictualité sur les ordonnances présidentielles nommant des mandataires au sein des entreprises du portefeuille, jusqu’à la prestation de serment de trois juges nommés à la Cour Constitutionnelle, la coalition née des résultats des élections de 2018 s’est dégradée de fil en aiguille, au gré des incidents à répétition.

Si l’enthousiasme des uns et les appréhensions des autres pronostiquaient une dissolution (dont les conditions ne sont pas réunies) de l’Assemblée Nationale ou la révocation du Premier Ministre (prérogative non reconnue au Président par la Constitution), le Chef de l’État a surgi de là où il était le moins attendu pour asséner le coup de grâce à la coalition CACH-FCC, tout en y mettant certes les formes. D’où le trouble dans certaines perceptions.

Aux prises avec le gouvernement Ilunkamba qui peine à impulser le souffle du changement, et avec les deux chambres du Parlement contrôlées par le FCC, le Président qui se trouve être en minorité au sein des institutions entrevoit le bien fondé de lancer une phase de consultations avec les leaders les plus représentatifs, pour se donner de la marge et tenter de se constituer une majorité parlementaire nouvelle aux contours d’une union sacrée. Il sied de dire qu’il a sans doute tâté le terrain et qu’il sait plus ou moins à quoi s’attendre. L’appel est tentant, la tâche s’annonce quelque peu âpre, mais aucun cas de figure n’est à exclure.

Les semaines qui viennent verront donc les leaders politiques défiler chez le Président de la République, et l’on saura si le FCC reste soudé comme par le passé ou s’il se déchire finalement face à l’ampleur particulière du moment. Toujours est-il que le Gouvernement Ilunkamba devenant de fait démissionnaire, la refondation de l’action gouvernementale passera inexorablement par un épisode de positionnements et de repositionnements qui peut réserver des surprises, y compris agréables.

Ces consultations, axées sur des objectifs clairs tel qu’énoncés dans l’adresse du Chef de l’État, ne sont pas un dialogue comme certains l’entendent, ni des concertations nationales, de triste mémoire. Ne sauraient être concernés que les leaders représentatifs avec qui la gestion du pays peut être envisagée sur la base d’un nouveau partenariat.

Avec trois ans restant au mandat, il n’est pas tard pour bien faire ou pour mieux faire, car « le salut du peuple est la loi suprême. »

Siméon Nkola Matamba

L’article Cach-Fcc : Félix Tshisekedi sonne le glas! est apparu en premier sur Matininfos.NET – Information de la RDC en toute impartialité.

Source: Matininfos

The post Cach-Fcc : Félix Tshisekedi sonne le glas! appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Félix Tshisekedi annonce en douce la fin de la coalition FCC-CACH (Tribune de Serge Gontcho)

Avatar

Publié

le

Kabila et Tshisekedi

L’adresse tant attendue du Chef de l’État a eu lieu sans les effets apocalyptiques souhaités par certains et craints par d’autres. En six minutes, il a décrit les conditions dans lesquelles le pays est sorti du contexte difficile de l’ère Kabila, avec des élections compliquées, contexte qui a conduit au choix de la coalition FCC-CACH pour les premiers pas dans le Congo post-Kabila.

L’élément central de sa communication a été l’annonce implicite, de la fin de la coalition FCC-CACH, quand il affirmé qu’ « il n’est plus question de laisser à un seul groupe la gestion de l’avenir du pays ». On sait que le FCC a toujours été jaloux de ses avantages, allant jusqu’à exclure l’AFDC de Modeste Bahati, pourtant poids lourd du FCC, des postes au Gouvernement et dans les entreprises publiques. Or, par cette annonce, Félix Tshisekedi ouvre la porte à la bande à Bahati, mais aussi à l’opposition LAMUKA petit et grand modèle. Or, les députés de Jean-Pierre Bemba et ceux de Moïse Katumbi étaient au Palais du peuple le jour de la prestation de serments des juges constitutionnels, un soutien qui compte.

Que va faire le FCC, qui n’aime pas partager ? Entrer dans l’opposition ? Ou imposer la cohabitation au nom de sa majorité parlementaire ? Cornélien. Jusqu’à ce jour, le FCC n’a cessé de perdre des points. La prestation de serment des juges à la Cour constitutionnelle est la dernière défaite d’une série qui commence à être longue. Désormais, ce sont les députés du FCC qui sont placés devant le choix : jurer fidélité à un bateau qui prend eau, et risquer de sombrer avec lui, ou trahir … Ce n’est pas facile de se découvrir gibier quand on a été chasseur toute sa vie.

Fatshi a été astucieux. Il n’a pas dissous l’Assemblée, ce qui l’aurait soumis à en chercher une nouvelle, sans moyens financiers ni une CENI acceptée. Il laisse au FCC le soin de consommer sa témérité en poursuivant l’action en justice contre les ordonnances présidentielles (et perdre), ou faire profil bas. En même temps, il agace et isole davantage Fayulu, qui devra choisir entre saisir la main tendue na molili, ou continuer d’aboyer, et se mettre à dos la population qui lui demandera pourquoi il refuserait encore une fois la main tendue de son ex-ami.

Au bout de ces consultations, Tshisekedi reviendra encore vers le souverain primaire, pour … pourquoi au fait ? On ne sait pas, mais la pression n’est pas sur lui, et il a le temps de se voir venir, en attendant, assis dans un bon fauteuil avec une bonne bière à portée de main, il peut suivre la télénovelas « un chasseur se sachant chassé par son ex-chien de chasse ne sait plus chasser », avec des acteurs du FCC et de LAMUKA.

Serge Gontcho di Spiritu Sanctu (+ 243 81 27 22 490)
Conscience Nationale en Action (CNA)

L’article Félix Tshisekedi annonce en douce la fin de la coalition FCC-CACH (Tribune de Serge Gontcho) est apparu en premier sur Matininfos.NET – Information de la RDC en toute impartialité.

Source: Matininfos

The post Félix Tshisekedi annonce en douce la fin de la coalition FCC-CACH (Tribune de Serge Gontcho) appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

La Camerounaise, Françoise Moudouthe, nommée à la tête du Fonds Africain pour le Développement de la Femme

Avatar

Publié

le

Credit photo : fillespasepouses.org
Françoise Moudouthe est une féministe africaine originaire du Cameroun qui possède une expertise dans les domaines de l'égalité des sexes, de la santé et des droits sexuels et reproductifs, de la violence sexiste et de la participation et du leadership des jeunes. Elle se passionne pour la défense des droits des femmes et la promotion de la sororité au sein des mouvements féministes africains. Elle est la fondatrice d’Eyala, une plateforme bilingue dont l’ambition est de libérer la parole féministe en Afrique. Françoise a joué un rôle déterminant dans la création de Girls Not Brides, le partenariat mondial de la société civile visant à mettre fin au mariage des enfants, dont elle a dirigé l’action en Afrique pendant près de six ans. Plus récemment, Françoise a travaillé comme consultante internationale sur divers projets de plaidoyer pour les droits des femmes et de renforcement des mouvements féministes en Afrique. Elle siège aux Conseils d’Administration du Malala Fund et de Womankind Worldwide. « Je suis honorée de rejoindre l’AWDF. Depuis sa création il y a vingt ans, l’AWDF a joué un rôle déterminant dans le renforcement du mouvement féministe et de la philanthropie en Afrique et dans le reste du monde. Je suis ravie de pouvoir travailler avec l’équipe de l’AWDF, ses partenaires bénéficiaires, et l’ensemble du mouvement féministe africain, afin de soutenir et de redynamiser l’activisme féministe sur notre continenr", a réagi Françoise Moudouthe.

Source : agence de presse financiere

The post La Camerounaise, Françoise Moudouthe, nommée à la tête du Fonds Africain pour le Développement de la Femme appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?