Connect with us

Politique

La CEDEAO envisage une force de sécurité régionale pour combattre le terrorisme

Avatar

Publié

le

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) doit réunir jusqu’à 2,6 milliards de dollars chaque année pour mettre en place une force de sécurité de 5 000 hommes afin de lutter contre le terrorisme. Cette initiative est actuellement en discussion parmi les responsables de la défense réunis à Abuja.

Les ministres de la Défense et des Finances de la CEDEAO se sont rassemblés à Abuja, au Nigeria, pour décider de la taille et du financement d’une force régionale potentielle. En proie à des crises politiques répétées, l’Afrique de l’Ouest a vu la coopération régionale se fragiliser, notamment après que le Niger, le Burkina Faso et le Mali, dirigés par des régimes militaires, ont quitté l’union de 15 membres.

Depuis 2020, ces trois pays ont subi des coups d’État militaires, les nouveaux dirigeants accusant les administrations civiles de ne pas avoir réussi à endiguer la progression des militants islamistes. Les nouvelles juntes ont rompu les accords de défense avec les États-Unis, la France et les Nations Unies, préférant s’allier avec des forces russes.

Le ministre nigérian de la Défense, Mohammed Badaru Abubakar, a présenté deux options pour la force régionale : une brigade de 5 000 hommes avec un budget annuel de 2,6 milliards de dollars, et une force plus modeste de 1 500 soldats, nécessitant 481 millions de dollars par an. « Ces chiffres mettent en évidence la complexité de notre tâche », a déclaré Abubakar à Reuters . « Il est crucial de passer en revue ces options en tenant compte des défis actuels et des contraintes financières de nos États membres. »

Abubakar a précisé que cette force régionale ne serait pas utilisée pour renverser les coups d’État, mais serait exclusivement dédiée à la lutte contre le terrorisme. Chaque État membre serait attendu pour contribuer financièrement.

Lynn-karelle
Expert Etude Sectorielle
ChatBot