Connect with us

Economie

La hausse des prix du riz fait craindre des pénuries à court terme en Afrique

Avatar

Publié

le

Les prix de référence du riz ont augmenté de 20 % à 45 % chez les principaux producteurs asiatiques alors que la demande du riz de qualité inférieure est en hausse.

Les prix de référence du riz ont augmenté de 20 % à 45 % chez les principaux producteurs asiatiques l’année dernière. Tandis que la demande de riz de qualité inférieure comme alternative pour l’alimentation animale et la flambée des coûts d’expédition font craindre des pénuries dans les pays pauvres dépendant des importations de riz.

 « Il n’y a pas de problèmes d’approvisionnement immédiats en Afrique, mais si les exportations en provenance d’Asie sont freinées … cela pourrait entraîner des inquiétudes entre juin et octobre. Des goulots d’étranglement logistiques pourraient entraîner une compression des approvisionnements alimentaires et une inflation alimentaire, ce qui pourrait aggraver les difficultés économiques causées par la pandémie du COVID-19 » a déclaré Shirley, économiste riz à la FAO.

Le marché de la demande a été modifié depuis l’année dernière. En effet, les pays africains achètent du riz brisé à 100 % à cause de ses prix bas. Mais depuis quelques mois des pays asiatiques comme le Vietnam et la Chine ont commencé à acheter 100% de brisures de riz et paient une prime par rapport aux prix payés par les acheteurs africains selon Reuters. De plus, une sécheresse en 2020 a provoqué une baisse des exportations des pays exportateurs.  Les prix des brisures des brisures de référence à 5% en provenance de Thaïlande et du Vietnam sont en hausse de 19% et 45% respectivement par rapport à il y a un an, tandis que les prix intérieurs du paddy en Chine continentale ont augmenté d’environ 25%, selon Refinitiv Eikon.

Les coûts d’expédition ont augmenté en raison de temps de déchargement plus long à cause des mesures de restriction. Cela a entraîné une flambée du coût d’expédition des marchandises par conteneur et de longs retards. Le coût du fret pour l’expédition d’une tonne de riz de l’Inde vers l’Afrique a triplé à 150 dollars contre 50 dollars en novembre.

Ces facteurs font craindre des pénuries de riz d’ici la fin du premier trimestre 2021 dans des pays comme le Kenya.

Economie

Côte d’Ivoire : l’Etat a dégagé 13,4 milliards FCFA pour aider les entrepreneurs dans l’informel en 2020

Avatar

Publié

le

Photo de Christina Morillo provenant de Pexels

Sidi Tiemoko Toure, le porte-parole du gouvernement a indiqué que le gouvernement ivoirien avait soutenu 60 306 entrepreneurs qui opèrent dans l’informel via le Fonds d’appui aux acteurs du secteur informel (FASI).

« Ce sont 60 306 entrepreneurs du secteur informel (34 % d’hommes et 66 % de femmes) qui ont bénéficié de l’assistance de l’Etat, à travers la mise à disposition de ressources financières du Fonds d’appui aux acteurs du secteur informel (FASI) pour un montant global de 13,365 milliards de FCFA », a déclaré Sidi Tiémoko Touré lors du d’un point presse sur le bilan de la mise en œuvre des activités du Plan d’actions prioritaires (PAP) 2020, le 22 février à Abidjan.

62 % des bénéficiaires opèrent dans le commerce, 15 % dans la restauration et 12 % dans l’artisanat.

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : la zone industrielle de Bondoukou dédié à la noix de cajou devrait être disponible en 2021

Avatar

Publié

le

Photo de Polina Tankilevitch provenant de Pexels

Dr Adama Coulibaly, le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde a indiqué que le gouvernement prévoyait une production. Le gouvernement veut construire des zones industrielles spéciales Cajou.

Dans un entretien à APAnews, Dr Adama Coulibaly, le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde, a indiqué que le gouvernement ivoirien prévoit une production de 850 000 tonnes, c’est-à-dire les mêmes proportions que la production 2020. En outre, il a indiqué que la transformation est l’objectif principal poursuivi. «  La transformation, c’est l’objectif principal que nous poursuivons. Nous envisageons de transformer le maximum de volumes sur place, parce que transformer, c’est capter de la valeur. Il est important de réussir cette transformation et nous comptons sur les investisseurs nationaux et internationaux. Dans la chaîne de valeur de la noix de cajou, nous avons la production qui représente 20%, la transformation 40% et la distribution qui représente 40%. Rester au niveau de la production crée un manque à gagner en termes financier et au niveau des emplois créés. », a déclaré Dr Adama Coulibaly.

La zone industrielle de Bondoukou devrait être disponible cette année ou d’ici 2022 au plus tard. Cette zone va s’étendre sur  une superficie de 15 hectares pour un objectif de production selon la capacité des usines qui vont s’installer. La zone peut absorber entre trois et cinq unités de transformation de noix de cajou. Après celle de Bondoukou, on aura les travaux de la zone industrielle de Korhogo (25 ha) et de Séguéla dans le Nord du pays puis de Bouaké (25 ha) dans le centre.

Lire plus sur Apanews

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

L’économie nigériane s’est contractée de 1,92 % en 2020

Avatar

Publié

le

L’économie nigériane de 1,92 % en 2020 selon le bureau des statistiques contre une croissance de 2,3 % en 2019.
Avec un taux de croissance de -1,92 % en 2020 contre une croissance de 2,27 % en 2019. En outre, le pays a enregistré une croissance économique de 0,11 % au quatrième trimestre 2020. Cette croissance reflète le retour progressif des activités économiques suite à l’assouplissement des mouvements restreints et des activités commerciales locales et internationales limitées au cours des trimestres précédents.

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?